Loreak, un nouveau style et un nouveau concept

Loreak, un nouveau style et un nouveau concept

Loreak est une entreprise de mode siégeant à Irún, au Pays Basque. Elle crée ses propres collections dans tous types de produits de mode et d’accessoires, se dirige à un public jeune et désinhibé, et dispose d’un réseau de boutiques leur appartenant dans plusieurs villes d’Espagne et en France, en plus d’une importante boutique en ligne, et est devenue une référence de la mode urbaine. Elle est actuellement en pleine phase d’expansion.  www.loreakmendian.com

Depuis deux saisons, le travail symbiotique de l’étude Pensando en Blanco avec son directeur artistique Borja Garmendia aux commandes et le designer graphique barcelonais Carles Murillo, créent son image graphique et ses catalogues, toujours originaux et innovants. Chez Nexe/Agpograf, nous sommes très heureux d’être dépositaires de leur confiance, et c’est un plaisir de les aider au niveau de la production graphique et du conseil industriel. En plus, cette année, ils ont été récompensés dans plusieurs catégories des Prix Laus de conception graphique.

 

Lien Prix LAUS

Argent Catégorie PUBLICATION CORPORATIVE
http://www.adg-fad.org/es/laus/proyecto/aperture-loreak

Bronze Catégorie ÉLÉMENTS COMBINÉS
http://www.adg-fad.org/es/laus/proyecto/loreak-2

Bronze Catégorie LETTERING/TYPOGRAPHIE EXPÉRIMENTALE
http://www.adg-fad.org/es/laus/proyecto/loreak-1

Interview avec Borja Garmendia
et Carles Murillo

Directeurs de l’art du projet
Quel est l’objectif de Loreak en présentant ce catalogue ?

L’objectif de Loreak, ainsi que du nouveau projet de direction de la marque, est de marquer un moment de revendication et de valorisation de la part de la marque, de travailler sur tous les aspects et les points dans lesquels l’image entre en jeu, en allant du produit, à la proposition d’habillage, graphique, image, etc. Un dur processus dans lequel nous avons travaillé avec une ample vision en reliant chacun des échelons de la marque.

Au moment d’aborder un projet comme ce catalogue, nous cherchions un objet pouvant servir de présentation de la marque pour cette nouvelle étape. Grâce à une attitude désinvolte en ce qui concerne la forme, les formats et la structuration du catalogue, nous avons cherché un impact pouvant servir d’analyse, afin d’expliquer ce que la marque prétend dans les prochaines années. Un catalogue de campagne qui devient à son tour un catalogue corporatif et un outil principal de la marque.

Il faut prendre en compte qu’en plus de la présentation de la nouvelle image, nous nous sommes présentés avec une nouvelle image de marque, Loreak Mendian est devenue Loreak. Ce changement vise un renforcement des valeurs et du parcours historique de la marque grâce à une plus grande exactitude et fermeté dans le message.

 

Qu’est-ce qui vous a inspiré afin d’obtenir une idée graphique aussi originale et complexe à la fois ?

La marque est passée par beaucoup de phases créatives, mais elle a toujours évolué avec désinvolture, fraîcheur et liberté créative en ce qui concerne le message, le recours à la photographie, à l’illustration, etc. Cette partie était toujours sujette à une partie plus « rationnelle » marquée par le recours constant à des compositions typographiques d’Helvetica, d’Akzidenz Grotesk… Ce geste, il fallait parvenir à l’exprimer d’une manière ou d’une autre, c’est pourquoi nous avons compris que nous devions construire une base corporative solide, très propre, avec une très forte présence typographique qui soumette la liberté créative de la marque, que ce soit au niveau photographique, de l’illustration, etc.

Sur cette base, l’approche du catalogue était similaire, créer un support très fort, avec une totale liberté de composition et d’utilisation. Ainsi, nous obtenions un catalogue-libre, et dans sa déstructuration, des centaines de posters individuels et des publicités pouvant être utilisés indépendamment comme image de campagne, affiches de rue, posters à offrir aux clients, etc. La complexité a été un trait d’identité de la marque, c’est pourquoi parvenir à la frontière du manque de contrôle « contrôlé » était un défi que nous souhaitions explorer.

 

À quelles difficultés avez-vous été confrontés tout au long du processus de création et de production graphique ?

Nous parlons d’une marque de mode, c’est pourquoi nous savons tous que nous sommes conditionnés concernant la cadence et le besoin de créer des pièces en permanence. C’est un domaine très exigeant qui ne laisse pas d’espace pour profiter des pièces créées. D’un autre côté, c’est un domaine dans lequel les yeux sont bien au-delà des repères du marché et dans les « tendances » qu’ils marquent. En ce sens, le défi principal de la direction artistique et créative a été d’essayer de rester fidèles à nous-mêmes, à notre idée particulière de comprendre ce que Loreak signifiait pour nous.

 

Comment évaluez-vous la tâche symbiotique avec l’industrie graphique dans un projet avec ces caractéristiques ?

Pour nous, c’est un travail fondamental. L’alignement avec l’industrie graphique est primordial, afin de faire du bon travail. Justement, ce travail nous a amené à réaliser un effort de titans aux côtés des machines (25 h non-stop). Nous étions face à un objet complexe avec énormément de plis opposés, une grande variété de papiers, de photographies, de compositions graphiques, etc. Cela exige l’alignement de nombreux opérateurs de machines comprenant les critères établis, et la capacité de visualiser et de contrôler chacune des pièces.

 

Que signifie pour votre étude le fait d’avoir obtenu cette reconnaissance au Prix Laus 2018 ?

Pour l’ensemble de l’équipe, c’est sans doute une reconnaissance du travail fait au long de l’année dernière. Le fait que Loreak fasse d’une certaine manière partie du secteur de la conception graphique et de la communication en Espagne est sans doute important. La marque a toujours été très liée à la communication et à la conception graphique, et malgré le fait d’être une marque de mode, nous trouvons que dans un pourcentage très élevé, elle a énormément contribué sur le plan créatif, c’est pourquoi le fait d’avoir un petit espace dans le secteur est pour nous tous une énorme source de joie.

Fiche technique :

Si vous êtes intéressé par la traduction de la fiche technique du projet, cliquez ici.